Canada, prêt ou pas, me revoilà !

Le Canada fête ses 150 ans ? Marqués par l’histoire de ce « jeune » pays et des relations franco-québécoises – jumelages entre Paris/Lyon et Montréal, Paris/Bordeaux et Québec notamment -, nous décidons de nous joindre aux célébrations ! En vol, le touchant et ronchon Mr Ove ainsi que le mystique Avant les rues se chargeront de nous plonger dans l’ambiance à la fois festive et commémorative de cet anniversaire.

Chaleureusement accueillis à Montréal par nos amis David et Bianca (et par Winston, un chouette chat malin comme un singe), nous (re)découvrons le quartier Atwater et son marché, ainsi que Saint-Henri. A peine le temps de débarquer et de déguster un bon dîner (enfin, souper) chez Ludger, puis le traditionnel BBQ aux côtes levées (ribs) de la Saint-Jean-Baptiste, nous voilà déjà sur les routes pour ne pas manquer la Fête nationale du Québec, direction la ville éponyme ! Avec ce ciel radieux et cette chaleur humide, on retrouve Christophe et Mélanie à la Chute Montmorency (moins puissante mais plus haute que celles de Niagara), histoire de prendre l’eau – littéralement ! Sous couvert de légende de la Dame blanche / amérindienne, de guerre franco-britannique et d’amour impossible, on apprécie tout simplement le panorama et la douche improvisée. Puis, direction la place d’Youville et le Vieux-Québec, pour une visite aussi historique que sympathique dont Richard nous fera profiter. Tout comme les bars Le Sacrilège (sacrifice ! châtiment !) et Le Projet pour déguster de savoureuses bières locales (dont une aux 5 poivres) ainsi qu’une réconfortante… poutine ! On passe devant l’épicerie fine J.A. Moisan, l’auto-proclamée plus ancienne épicerie d’Amérique du Nord, puis devant de nombreux canons, avant d’admirer le luxueux Château Hôtel Frontenac – qui n’a de château que le nom puisque construit à la demande de la compagnie ferroviaire Canadien Pacifique. Apercevant des jeux de lumières sur l’autre rive du fleuve Saint-Laurent, on traverse ce dernier en ferry pour atteindre Lévis et profiter d’un spectacle son et lumière aquatique. Après un riche brunch à l’américaine et profitant d’une halte à mi-chemin du retour, nous entamons une promenade dans un sous-bois, sous une pluie qui débute. A peine avons-nous marché sur 50 mètres que nous voici assaillis par de voraces moustiques, qui par leur attaque aussi soudaine que sanglante nous font battre en retraite et capituler fissa, non sans m’avoir laissé cinq « belles » piqûres en guise de souvenirs… A l’entrée de Montréal, le pont Jacques Cartier et ses mini Tours Eiffel me feront oublier (seulement) un temps les démangeaisons.

Revenir en terres montréalaises ravive d’heureux souvenirs, et la tranquille balade au vieux port et dans les galeries d’art m’amène du Marché Bonsecours à… mon ancien employeur. On en profite pour évoquer les moments passés ensemble tout en refaisant le monde. Justement, le Musée Pointe-à-Callière refait celui d’une ville qui célèbre ses 375 ans, et nous en rappelle les débuts sur fond de colonisation, tout comme Avudo, impressionnant son et lumière aquatique retraçant l’histoire du Saint-Laurent et la création de Montréal. Les projections murales de Cité Mémoire dans la vieille ville nous font également remonter les siècles et racontent des événements importants et tragiques à travers différents personnages. Histoire de ne pas voir tout en noir, on soupe chez O.NOIR : expérience culinaire et sensorielle garantie ! Accompagnés par un personnel aveugle, nous nous laissons guider par nos autres sens, les éveillant et aiguisant peu à peu, ce qui nous en met plein la vue ! Yuan Vegetarian nous ravit aussi les papilles par sa cuisine inventive et ses plats savoureux. Tout y passe, du canard laqué au poisson au coco, en passant par le bœuf saté et le porc au caramel… le tout, sans aucune viande : on en reste bouche bée (qu’on referme volontiers pour finir de déguster) !

Repus, on peut alors monter au Mont-Royal. Puis redescendre jusqu’au Centre Eaton pour un peu de magasinage (ou shopping, ou lèche-vitrine) entre boutiques et foodcourts. On se réfugie ensuite dans les Jardins Gamelin avant de rejoindre la place des Arts et tendre l’oreille à l’occasion du festival de Jazz. Les Vitaminés, duo d’acrobates comiques et ex-pensionnaires du Cirque du Soleil, nous montrent pourquoi ils portent si bien leur nom de scène.

Ce retour dans ma ville de cœur est aussi l’occasion de retrouvailles. Tout d’abord avec Kimberley, amie et ex-collègue, dans sa maison de Laval (jumelée avec… Laval) pour un barbecue en famille. Nous aurons le plaisir de goûter les bières de son mari Erick, qui a installé sa propre micro-brasserie au sous-sol. IPA, au café ou aux agrumes, le précieux nectar coule à flot ! Puis direction Saint-Eustache pour une crème glacée et une promenade historique : l’église du même nom a en effet été le théâtre d’une bataille sanglante lors de la rébellion des Patriotes, et qui garde des stigmates du passé avec ses impacts de boulets de canon. Des fresques et le plus vieux moulin d’Amérique du Nord encore en activité continuent à nous faire remonter le temps. Nous sommes aussi invités à Châteauguay (jumelée avec Cambrai, ce n’est pas une bêtise) par nos amis Rene et Ale(jandra), pour la soirée d’anniversaire de cette dernière en compagnie de leurs parents respectifs et de leurs deux petits, Erik et Renata. A la locale et en espagnol (qu’on ne parle pas du tout), on se régale de pozole, soupe ou potée traditionnelle qui nous fait voyager à Mexico City, d’où est originaire toute la famille. Un délice ! Pour finir la soirée sur le même thème, Rene nous fait même découvrir « El Chapo », série relatant l’histoire vraie de l’avènement, de la capture et de l’évasion de ce célèbre baron narcotrafiquant mexicain. Pfou !

Comme on célèbre accessoirement les 150 ans du pays – l’entrée dans tous les parcs nationaux étant pour l’occasion gratuite toute l’année –, la Fête du Canada revêt son plus beau costume rouge, et grâce à l’aide de Kimberley et de sa famille, sa capitale Ottawa nous tend les bras ! Au Musée Canadien de l’Histoire, le patriotisme à l’américaine se fait ressentir, des visiteurs venus de tout le pays affluent avec t-shirts et drapeaux assortis. On en apprend surtout beaucoup sur les origines amérindiennes et la notion de Peuples Premiers : colonisation, évangélisation forcée, guerre franco-britannique, création du Canada et des États-Unis d’Amérique… Il n’en fallait pas plus pour que le ciel nous tombe sur la tête, les violents orages obligeant tous les visiteurs à rester à l’intérieur du musée, le temps que cela se calme. Des feux d’artifice tirés en grande pompe, une nuit de repos et en route pour le Parc de la Gatineau. Dans la Caverne Lusk, attention aux chauves-souris, mais surtout à bien s’accrocher aux parois sans glisser dans l’eau, sous peine de se faire emporter par le courant ! N’ayant pas apporté de lampe frontale, on peut remercier une famille québécoise qui avait été prévenante et nous balise le chemin. Pour nous réconforter, on se jette sur les pizzas géantes et faites maison d’Adamo New York style – généralement vendue « à la pointe », croûte mince et croustillante, peu de sauce tomate, pâte pliable pour faciliter la dégustation. Cela nous donne un délicieux avant-goût de… la Grosse Pomme : nous voilà partis pour New York City !

Arrivée matinale sur l’île de Manhattan oblige, notre première sieste aura lieu dans Central Park, au milieu des gangs d’écureuils et autres animaux presque domestiqués. A deux rues de son entrée Nord, notre appartement (surtout notre lit) nous appelle, et après un repos réparateur, nous sommes prêts à attaquer la traversée du célèbre et imposant parc new-yorkais. A l’occasion de ce 4th of July appelé Independence Day, les barbecues improvisés sont de sortie ! En guise de pause, la visite du Met’ nous propose un voyage artistique et culturel à travers le monde. Et affamés par cette longue marche, nous atterrissons au Japon, le temps d’un dîner chez Riki. Des makis faits maison et littéralement devant nous, des ramen au goût inimitable et un yakiniku don qu’on dévore… Idéal pour attendre patiemment les feux d’artifice offerts par Macy’s, qu’on aura la chance d’observer depuis l’East River. Un tour à la gare Grand Central, un autre à Times Square : un peu trop éblouis (précisément) et étourdis, au dodo.

Requinqués, nous traversons le pont de Brooklyn et Wall Street, avant de monter dans le Staten Island Ferry et apercevoir la statue de la Liberté. Nous ayant été vivement recommandé, on pénètre dans Chinatown pour commander des dim sum (raviolis à la vapeur) chez Jing Fong, et croisant Little Italy, on remonte jusqu’au Chelsea Pier pour un cinéma en plein air avec notre pique-nique : nous regarderons donc l’oscarisé Moonlight, au clair de lune.

Dans le Bryant Park, une foule s’attroupe devant des troupes… de Broadway ! Au cours de ces performances publiques estivales, des extraits de comédies musicales sont joués, dont un aperçu, pile quand on arrive, du « Phantom of the Opera », avant de nous diriger vers le Majestic Theatre… pour justement le voir en intégralité ! Après un tel spectacle, on se promène sur la High Line avant de retrouver le groupe Coreyah pour un concert détonant au Lincoln Center. Enfin, à deux pas de là, on esquissera nos derniers sur la piste de danse d’une soirée swing. Well then, see you later!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s