L’atelier MJC, théâtre (DES)AMOUR(S)

Après des mois de travail acharné (comment ça, non ?), de répétitions effrénées et de soirées endiablées, le jour J est arrivé. L’appréhension laisse place à l’excitation, et la pression, à la concentration. Pour notre petite troupe de l’atelier théâtre, l’heure est à la représentation !

Sous la houlette de Florent Pagny Waldo (Cie Lien Théâtre), brillant chef d’orchestre du spectacle de la MJC Duchère rempli d’humour et d’amour sous toutes les formes, on soigne nos maux par nos mots. Montant le son et sur scène, on révise les nôtres pour éviter une (s)cène (de ménage, qu’on a dû faire nous-mêmes). Coup de théâtre, on apprend qu’Eva ne pourra malheureusement pas jouer ce soir… on le fera aussi pour elle.

Alors après quelques hésitations, on se chauffe et s’échauffe, et des litres d’eau et des dizaines de clopes plus tard, nous voilà fin prêts. 20h30. Salle comble (dont le camarade Robin). Les feux des projecteurs. C’est parti !

Célia voit dans sa boule de cristal un amour passé (et des éclats de rire, bon présage !) pendant qu’Anne-So vire tout en parlant de cul avec Flavie la femme moderne et Olivier (il était quoi déjà son amant ?). Ce dernier cherche aussi l’amour, tout comme Clément qui sait se montrer aussi passionné que détaché ! Hélène, quant à elle, reste partagée entre amours intenses et de seconde main. Vraiment largué, j’improvise et fais de mon mieux pour éduquer Cindy qui hésite entre souvenirs et oubli. Chantal et Marion s’échangent des mots doux au téléphone, et pendant que la première est vissée à sa télé, la deuxième a trouvé pour se distraire la télécommande d’un autre objet… Louis, qui refuse de rester planté dans le décor, cherche à tirer (une taffe) quand il n’éveille pas son frère aux joies des magazines pleins de charme (sexy, les maths !). Philippe juge que son quartier c’est sacré, et n’hésitera pas à boxer et fumer tout le monde pour le prouver. Elodie, en femme libérée, livre un combat pour les droits des femmes au plaisir et à l’indépendance (ah, on me dit que sa chère mère vous dit merde).

Ainsi s’achève cette aventure… en même temps que la vie recommence, avec le début d’une histoire d’amour dans un groupe plein d’amitié et de partage. Qui a su s’apporter autant que se supporter, qui s’est croisé et ne veut plus se séparer. Eh oui, on est nous, et c’est bien suffisant. Ça fait un peu cliché, mais je crois qu’on a beaucoup appris et bien ri (jaune parfois), alors à tous, merci (mes)amour(s).

atelier-theatre-waldo-mjc-duchere

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s